Selon l'une de ces journalistes, Catherine Riva, les données négatives sur l'efficacité et l'innocuité ne sont pas assez prises en compte, et il aurait été nécessaire d'avoir des études plus fiables avant de faire la promotion massive du vaccin[85]. L'ANSM poursuit la surveillance renforcée de Gardasil[74]. Le nombre total de manifestations auto-immunes recueillies (démyélinisations aiguës centrales, arthrites, lupus érythémateux systémique, thyroïdite, diabète insulino-dépendant et thrombopénies) reste faible et inférieur à celui attendu dans la population générale sur la base des données d’incidence et de prévalence disponibles. La durée de protection par les trois vaccins sur le marché n'est pas connue à ce jour. Vous pouvez configurer les réglages de manière indépendante pour chaque partenaire. Des liens entre la vaccination et l’insuffisance ovarienne prématurée, la défaillance ovarienne primaire, le risque de thrombose veineuse ou la maladie cœliaque ont été évoqués. Elle doit également permettre de prévenir les verrues génitales. ». En septembre 2008, est publiée une étude australienne[16] menée par l'équipe du Dr Julia Brotherton, qui semble indiquer que le vaccin Gardasil induit des chocs anaphylactiques (réactions allergiques graves) à un niveau « significativement plus élevé » que les vaccins de routine (« Selon le nombre de cas confirmés, le taux estimé d’anaphylaxie après l’administration d’un vaccin anti-VPH quadrivalent a été significativement plus élevé qu’après d’autres vaccinations scolaires comparables. D'autres pays dans lequel la vaccination a lieu tels que le Canada[21] ou l'Australie[22] connaissent des réactions similaires. L’incidence est plus grande chez la femme (65 %) ; dans les deux cas elle augmente en cas d’infection concomitante à VIH ; bien que les méthodes de détection ne soient pas standardisées comme pour le cancer du col, les lésions précancéreuses peuvent être recherchées par cytologie. Une vaccination de masse a débuté en Australie en 2007, en 2008[51]. En outre, le déclenchement du cancer est lié à une série de cofacteurs : ceux liés à l’hôte (précocité de l’activité sexuelle, multiplicité des partenaires sexuels, immunodéficience, nombre de grossesses élevé), ceux liés au virus lui-même (charge virale), ainsi que des cofacteurs exogènes : tabagisme, co-infection par le VIH ou une autre infection sexuellement transmissible (IST) telle que le virus herpes simplex 2[66]. Certaines se sont regroupées dans un collectif représenté par l'avocate Camille Kouchner. Le don du sang est autorisé après la vaccination [36]. En 2010, l'Institut National contre le Cancer écrivait que la vaccination "ne se substitue pas au dépistage par frottis mais constitue un moyen complémentaire d’agir face au cancer du col de l’utérus."[68]. C'est aussi un vaccin contre le papillomavirus humain [types 6, 11, 16, 18] (recombinant, adsorbé). Pour le Gardasil, chaque injection coûte 121,36 € (données VIDAL au 28/10/2015) et est remboursée à 65 % par la Sécurité Sociale. En 2120 cette réduction de mortalité atteindrait 90% sauvant sur 100 ans 46 000 000 de vies [21]. En poursuivant votre navigation sur ce site ou en cliquant sur le bouton "J'accepte", vous consentez à ce que Vidal France. L’analyse des cas supplémentaires d’effets indésirables graves ayant nécessité une hospitalisation ne diffère pas de celle des cas colligés dans le cadre du bilan précédent. Un lien entre la vaccination et cette pathologie n'a pas été retrouvé[32]. L'académie de médecine détaille les principaux chiffres de l’étude de cohorte menée en France, sur les affections de longue durée à partir de la consultation de la base de données du Système d’Information Inter-Régimes de l’Assurance maladie, prévue dans le Plan de Gestion de risques français : Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.